Perceptions moldaves sur la Transnistrie

par Timothé Blattes, Sarvar Jalolov, Polina Zyabukhina, M1 AlterEurope 2015-2016

Depuis la guerre civile qui a déchiré la Moldavie en 1991-1992, la Transnistrie échappe au pouvoir central. Soutenu par la Russie, le territoire sécessionniste se distingue fortement de Chisinau et du reste du territoire moldave. Les drapeaux moldaves et européens sont remplacés par le drapeau russe et la banderille verte et rouge frappée de la faucille et du marteau. La grisaille laisse place à un ciel bleu et un soleil de plomb. Les rues sont propres, calmes, presque vides : nous sommes bien loin de l’agitation de Chisinau.

À l’occasion du voyage d’études effectué dans ce pays en avril 2016 dans le cadre du Master AlterEurope, nous avons décidé d’interroger différentes personnes rencontrées dans la rue ou lors de nos visites pour connaitre leurs perceptions concernant cette région qui semble être restée figée vingt-cinq ans en arrière.

[su_slider source=”media: 1018″ width=”500″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″][su_slider source=”media: 391,390,389″ title=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”100″]AlterEurope M1 27 janvier 2015[/su_slider]


« Le conflit en Transnistrie est un conflit géopolitique classique : l’histoire de ce territoire est différente de celle du territoire de la rive droite du Dniestr, la Transnistrie faisait partie de l’empire russe et soviétique alors que la Bessarabie était roumaine pendant l’entre-deux guerres ». C’est sur ces mots que Ion Stavila, chef de cabinet au ministère des Affaires étrangères moldave nous introduit le conflit transnistrien. Toutefois, d’après lui, « ce conflit est moins compliqué que d’autres dans le monde : il n’y a pas d’antagonisme ethnique, confessionnel, humain. Sur les deux rives, on retrouve les mêmes ethnies (Russes, Roumains, Ukrainiens) et la même religion (chrétiens orthodoxes) ». Pour ce diplomate, « il existe bien une identité et une spécificité transnistrienne mais ces différences ne sont pas assez profondes et ne doivent pas être un obstacle à la résolution du conflit en Transnistrie ». Les Moldaves et les Transnistriens peuvent et doivent se mélanger, se rencontrer : il nous indique que beaucoup de Transnistriens viennent se faire soigner dans les hôpitaux situés sur la rive occidentale du Dniestr, plus performants que les leurs et moins coûteux qu’en Ukraine ou en Russie. De la même manière, beaucoup de jeunes étudiants Transnistriens préfèrent étudier à Chisinau, ou les universités proposent des programmes de mobilités avec l’Europe contrairement à celle de Tiraspol.

Nous avons justement eu la chance d’interroger certains de ces jeunes de Tiraspol, qui vont nous confirmer cela. Taras, 17 ans, lycéen à Tiraspol, s’exprime dans un anglais quasi-parfait : « j’aimerais étudier en Europe quand j’aurais 18 ans mais quitter la Transnistrie est très compliqué. Je possède un passeport russe car il était très facile de l’obtenir quand j’étais petit, mais maintenant je dois obtenir un visa pour me rendre en Europe. Je peux faire un passeport moldave mais cela prend beaucoup de temps. En plus de cela, nous ne sommes pas « amis » avec l’Ukraine et la Moldavie, nos deux voisins, ce qui complique encore la tâche ». On comprend alors bien les difficultés administratives rencontrées par ces jeunes Transnistriens voulant partir vers l’Europe.

[su_slider source=”media: 1013″ width=”500″ height=”200″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″][su_slider source=”media: 391,390,389″ title=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”100″]AlterEurope M1 27 janvier 2015[/su_slider]

Taras (à gauche) et Olga (de dos), lycéens à Tiraspol

Pour Sasha, 19 ans et étudiante à l’Université d’Etat de Tiraspol, le ton est le même : «j’apprends le français, mais le seul pays étranger où je peux aller, c’est la Moldavie. Même en Russie, c’est difficile. Je veux aller voir l’Europe, mais mes parents pensent que la situation en Europe est dangereuse maintenant et ne me laissent pas y aller ».

Ces jeunes parlent donc du reste du territoire moldave comme d’un pays étranger au leur. A Bender, un homme d’une quarantaine d’années va nous confirmer cette idée : « bien sûr, notre république (la Transnistrie) est un pays indépendant. Vous avez vu la frontière, c’est réel. La Moldavie est un pays voisin pour nous, comme l’Ukraine ».

[su_slider source=”media: 1014″ width=”500″ height=”180″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″][su_slider source=”media: 391,390,389″ title=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”100″]AlterEurope M1 27 janvier 2015[/su_slider]

Bender et Tiraspol

De l’autre côté du Dniestr, les avis sont plus partagés. Dumitritsa, étudiante à l’Académie des études économiques de Moldavie (ASEM) nous dit : « nous (la Moldavie) sommes un pays petit et pauvre, la Transnistrie est encore plus petite. J’ai été à Tiraspol quelques fois et j’ai remarqué bien sûr quelques différences. Par exemple les rues sont plus propres, mais il y a peu de monde dehors, c’est étrange. Ils ont gardé tous les symboles de l’époque soviétique, et leur niveau de vie est un peu plus élevé que le nôtre, je pense que c’est grâce aux dotations de la Russie. Mais en général, la situation est aussi triste pour eux que pour nous. »

Alexandr a 24 ans et vit à Chisinau, où il a obtenu un master en langues étrangères après avoir grandi à Tiraspol. Il parle de sa région natale avec du recul et une pointe de nostalgie: « à Tiraspol, le monde n’est pas agité comme celui de Chisinau, chacun mène sa vie tranquillement sans se poser trop de questions. » Il parait sceptique quant à la possibilité de se tourner vers l’Europe ou vers la Russie : « personnellement, je suis contre une intégration avec la Russie, ils veulent conquérir notre territoire, notre identité, notre culture. Mais une intégration avec l’Europe n’est pas souhaitable non plus car il y a beaucoup de problèmes en Europe aussi [il évoque alors le terrorisme et la crise des migrants]. Je suis pour la neutralité moldave : maintenir de bonnes relations avec l’Europe sans en faire partie, simplement pour développer notre marché externe ».

Pour Vadim, 20 ans et étudiant à l’ASEM, la Transnistrie n’a pas de grand intérêt : « je suis déjà allé en Transnistrie mais je n’ai fait qu’y passer pour rejoindre Odessa avec ma famille, je ne me suis pas arrêté car ils n’aiment pas trop les Moldaves là-bas. Je ne parle pas russe et je trouve inacceptable que l’on impose la langue russe dans certaines parties de la Moldavie. Je serais plutôt pour qu’elle se rattache à la Russie et que la Moldavie se rapproche de la Roumanie ».

[su_slider source=”media: 1015″ width=”500″ height=”200″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″][su_slider source=”media: 391,390,389″ title=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”100″]AlterEurope M1 27 janvier 2015[/su_slider]

Parc de la Cathédrale, Chisinau

Pour les jeunes de Chisinau, la Transnistrie ne serait donc pas une préoccupation principale. Une femme d’une trentaine d’année rencontrée dans les rues de la capitale nous confirme que « la Transnistrie et la Moldavie sont très différentes. Je suis allée quelques fois à Tiraspol mais c’est presque un autre pays ».

Toutefois, une femme plus âgée (entre 60 et 70 ans), également rencontrée dans les rues de Chisinau, prendra un ton plus nostalgique : « je vais souvent en Transnistrie, des membres de ma famille et d’anciens amis y habitent. La Transnistrie me rappelle l’URSS, c’était très bien à l’époque, tout le monde était heureux. Maintenant, en Moldavie, tout est détruit, on voit le désordre partout, mais quand je vais à Tiraspol, je me souviens de l’époque soviétique, tout est bien conservé là-bas ».

[su_slider source=”media: 1016″ width=”500″ height=”200″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″][su_slider source=”media: 391,390,389″ title=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”100″]AlterEurope M1 27 janvier 2015[/su_slider]

Emblèmes et cartes de la Transnistrie au lycée et à l’université de Tiraspol

Madame Galina Ozemko, professeur à l’Université de Tiraspol, fait partie de la même génération, mais son discours est plus nuancé : « à l’époque soviétique, ceux qui avaient des bonnes positions aux usines – directeurs, ingénieurs – avaient un bon salaire, ainsi que la possibilité de se reposer au bord de la mer pendant 15 jour pour 7 roubles seulement ! Moi, je n’aime pas trop le temps soviétique, mais pour des raisons personnelles. » Elle ne semble toutefois pas spécialement favorable à un rapprochement avec la Moldavie : « personne ne veut nous reconnaître, même la Russie, car elle sait que cela poserait des problèmes géopolitiques. Mais le peuple se reconnait comme transnistrien, et c’est déjà bien. Nous avons vécu 25 ans comme cela, et nous pouvons continuer à vivre de la même manière. Ça ne nous dérange pas ». D’après elle, la Transnistrie « offre des possibilités aux enfants des villages. On donne la possibilité aux élèves de devenir étudiants même sans trop de moyens. Nous sommes pauvres, mais aussi riches : vous, vous dépensez votre argent dans les voyages ; nous, on mange beaucoup, on s’habille bien, et la maison est notre palais ».

De fait, le niveau de vie en Transnistrie est légèrement plus élevé que dans le reste de la Moldavie, notamment grâce aux aides de Moscou.

Nous avons ensuite interrogé Oleg, un militant de Notre Parti, installé dans l’un des campements de protestataires devant le Parlement. Il est militaire en réserve dans l’armée moldave mais s’exprime en russe.

[su_slider source=”media: 1017″ width=”300″ height=”400″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″][su_slider source=”media: 391,390,389″ title=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”100″]AlterEurope M1 27 janvier 2015[/su_slider]

Oleg

Pour lui, « il n’y a aucune différence entre Chisinau et Tiraspol, si ce n’est que les services publics comme l’électricité et le gaz sont moins chers en Transnistrie ». Il nous dit d’ailleurs qu’il se « rend souvent en Transnistrie car [il a] de la famille et des amis qui y vivent ». Il pense que les conditions de vies sont similaires sur les deux rives du Dniestr : « maintenant, c’est dur pour eux aussi (les Transnistriens) ». Il pense que le conflit serait réglé si les gouvernements moldave et transnistrien étaient moins incompétents : « si on avait un gouvernement pour qui les intérêts du pays étaient prioritaires, on s’entendrait avec l’Europe et la Russie. Les grandes puissances imposent leur politique sur notre petit pays. Lorsque l’on aura un Etat qui protège ses citoyens en leur offrant des bons salaires et des aides sociales, le problème de la Transnistrie se règlera tout seul ». Pour lui, la faute est donc entièrement mise sur les épaules du gouvernement : « je ne dirai jamais que c’est la Russie qui est responsable. Si on avait un gouvernement professionnel et stable, le conflit en Transnistrie disparaitrait ».

Enfin, Ion Stefanitsa, directeur de l’Agence d’Inspection et de Restauration du Patrimoine Moldave (AIRM) nous explique les difficultés qu’ont les autorités moldaves et transnistriennes à travailler ensemble. Nous lui avons demandé si son agence avait des activités en Transnistrie, voici ce qu’il nous a répondu : « On a envie d’y aller mais c’est un peu dangereux car la région n’est pas contrôlée par Chisinau. Il ne faut pas y aller avec la voiture de l’AIRM ou en tant que membre de l’Agence car nous devons photographier les monuments en détail pour faire notre travail, et ils ont peur que l’on fasse de l’espionnage. Je crois qu’il est possible de faire de l’inspection et de la restauration du patrimoine là-bas mais il faut coordonner cela avec les structures transnistriennes. Le problème c’est que ces structures ne sont pas reconnues par l’Etat Moldave donc on ne peut pas leur adresser de lettre officielle, il faut les contacter de manière plus ou moins informelle. Je reste quand même motivé pour arriver à 300 monuments protégés en Transnistrie. »

Nous avons remarqué un certain degré d’inertie de la population des deux côtés du Dniestr. Alors que les jeunes préfèrent partir, les personnes plus âgées semblent se satisfaire de la situation. Nous n’avons pas réellement rencontré de point de vue tranchant et de proposition de résolution du conflit, même chez les militants de l’opposition.

Quelles sont alors les raisons possibles à cette indifférence, cette lassitude ? Fait-elle partie de l’apolitisme général répandu jusque récemment dans l’espace post-soviétique? Un des facteurs est sans doute la fuite des jeunes à l’étranger, qui devraient être les plus politiquement actifs et désireux de changement. Sans ces jeunes, la Transnistrie (et la Moldavie) se retrouve dans une situation de stagnation politique et sociale. Un autre facteur pourrait être l’insuffisance du soutien extérieur pour aborder ce problème. Certes, la mission de l’OSCE à Chisinau cherche à faciliter la résolution du conflit transnistrien en mobilisant le dialogue entre les représentants des différentes parties, mais elle travaille dans un contexte de mécontentement de la population vis-à-vis de l’Union européenne et des États-Unis, ce qui conduit à la croissance des attitudes pro-russes. Au vu de ces facteurs et des témoignages recueillis sur place, on peut donc conclure que la résolution de ce conflit dans un avenir proche est peu probable.

Source photos : Timothé Blattes et Carolina Nascimento 2016



Citer ce billet
Admin blog (Pascal Bonnard) (2016, 3 juin). Perceptions moldaves sur la Transnistrie. AlterEurope. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/az4w