La Géorgie : un arrière-goût de soviétisme

Par Louison Bojuc et Magdalena Pistorius, M1 AlterEurope 2017-2018

Il n’y a pas si longtemps, la Géorgie s’émancipait de l’Union soviétique accompagnée dans sa quête d’indépendance par d’autres républiques soviétiques. Si elle aspire aujourd’hui à se moderniser et à incarner une société occidentalisée, le poids de l’héritage soviétique est encore présent dans le pays et notamment sa capitale Tbilissi.

L’ère soviétique : une période de malédiction ?

En 1921, les relations de la Géorgie avec l’Europe et les États-Unis, établies lors de l’accès à l’indépendance en 1918, sont brutalement rompues par l’arrivée des bolchéviques. C’est le début de dizaines d’années d’occupation. Elles sont aujourd’hui dépeintes dans ses aspects les plus sombres, comme en témoigne l’exposition de « l’occupation soviétique » au Musée National de Géorgie à Tbilissi. Y sont déplorées les violences et les persécutions commises par les Soviets ainsi que la violation des libertés personnelles. Les Géorgiens auraient, de ce point de vue, pendant sept décennies, été les victimes d’un oppresseur tyrannique.

[su_slider source=”media: 1330″ width=”460″ height=”330″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″]

Des photos de victimes avant leur exécution – Musée de l’Occupation Soviétique (Tbilissi).

Paradoxalement, la Géorgie aurait connu une forme d’âge d’or sous l’URSS, selon Giorgi Kanashvili, responsable de l’organisation Caucasian House, avec une industrialisation rapide et une croissance en hausse. Aujourd’hui, l’économie peine à se relever de la chute de 70% que le PIB à la suite de l’indépendance. Les inégalités sociales sont de plus en plus importantes et les minorités auparavant repoussées en marge des villes n’ont pas plus de possibilités pour s’intégrer.

Depuis 1991, et l’émancipation de la tutelle soviétique, l’heure est au changement et à l’appel de l’Occident. « Get back on the track to Europe » devient le mot d’ordre, comme nous l’indique Ketevan Chumbadze, la directrice politique adjointe du Ministère des affaires étrangères. La nouvelle Géorgie entre en transition, s’ouvre à l’extérieur et bannit l’anti-américanisme institué. Aujourd’hui, les rues de Tbilissi sont arborées de marques de luxe françaises, de fast-food américains, de magasins issus du monde anglo-saxon… « En 20 ans nous avons su établir un contact avec l’Ouest et apprendre d’eux », résumera Giorgi Kanashvili. Cela n’empêche pas la Géorgie d’être présentée comme un pays en souffrance avec un taux de pauvreté s’élevant à 20% en 2017, malgré de lourds investissements dans l’infrastructure et des réformes institutionnelles entreprises avec l’aide des pays de l’Union européenne, comme l’a souligné Pascal Meunier, Ambassadeur de France.

Un legs architectural et patrimonial conséquent

A l’effondrement du bloc soviétique, un important legs architectural prend de la place dans le paysage et des éléments du patrimoine culturel se retrouvent ici et là. « Il y a des restes de l’architecture soviétique, un héritage matériel très conséquent » constate Giorgi Kanashvili. En 1999, une loi relative au patrimoine culturel de la Géorgie est adoptée comme base juridique pour la protection et la préservation des monuments mais pas des ensembles urbains. Tbilissi est donc susceptible d’être transformée.

Mikhaeil Saakachivili, arrivé au pouvoir à la suite de la « Révolution des Roses » en 2003, a alors souhaité effacer toutes les traces du passé en faisant détruire les statues communistes et certains mémoriaux rendant hommage aux soldats russes tombés à l’époque. En parallèle, de grands projets architecturaux fleurissent dans le centre de la capitale comme le Pont de la paix dont le toit en verre est recouvert du drapeau géorgien une fois la nuit tombée, ou encore la Maison de la Justice, un complexe qui sert aussi bien d’état civil, que d’agence immobilière ou de salles d’audience en cas de procès.

[su_slider source=”media: 1331″ width=”460″ height=”330″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″]

Vue sur le centre modernisé de Tbilissi avec notamment le Pont de la Paix à gauche.

Tout ceci est significatif d’un pays en pleine transition, faisant le choix de s’émanciper de la tutelle russe et de parier sur l’Ouest. Le nouveau président en réformateur intransigeant choisit un axe pro-européen assumé et semble décidé à se débarrasser des fantômes du passé.

La question de l’héritage dans les sociétés post-soviétiques est accueillie différemment par les Géorgiens entre rejet, fascination, nostalgie, indifférence. Ceux qui ont vécu sous l’URSS seraient les plus emprunts d’amertume des temps passés synonymes de grandeur. Cependant, pour certains, si Saakachivili n’est pas réélu en 2012, c’est en partie pour le changement radical qu’il a imposé au pays et à sa population qui n’était pas encore prête. Aujourd’hui, une réhabilitation se profilerait, les générations montantes ayant à cœur de préserver, d’entretenir et de valoriser ce patrimoine. Mais l’espace politique géorgien est particulièrement fragmenté. Par exemple, alors qu’une statue de Staline est déboulonnée à Gori en 2010, deux ans plus tard trois localités géorgiennes ressortaient les leurs afin de fêter le 133ème anniversaire du dictateur bolchevique. Il semble donc difficile de convenir d’une politique de préservation.

Les fantômes du passé

Lorsque l’on arpente les rues de Tbilissi ou que l’on s’enfonce dans la campagne géorgienne, les preuves sont là, elles marquent le paysage de la république caucasienne et nous font revenir quelques années plus tôt…

Durant « l’occupation », les importations étaient limitées et les voitures étaient pour l’essentiel des marques soviétiques de voitures comme Lada, Wolga ou encore UAZ. Elles sont aujourd’hui encore facilement identifiables sur les routes géorgiennes. Après 1991 et l’ouverture au marché automobile extérieur, des voitures ont été importées de toutes parts si bien que l’on peut croiser des voitures comportant le volant à droite ou gauche.

[su_slider source=”media: 1332″ width=”460″ height=”330″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″]

« Khroutchtchevski » issu de la période soviétique et resté dans le paysage géorgien.

Du point de vue de l’héritage linguistique, les Géorgiens parlent pratiquement tous russe même si la nouvelle génération, davantage initiée à une orientation vers l’Ouest, utilise plus fréquemment l’anglais. Enfin, il est fréquent d’apercevoir les fameux immeubles de quatre ou cinq étages appelés « khrouchtchevski » à l’initiative du Président Khrouchtchev qui en a fait massivement construire dans les années 50 et 60 afin de répondre à la crise du logement. Si plusieurs pays en ont entamé la destruction, les « khrouchtchevski » bordent encore les routes de Géorgie.

Entre vénération et traumatisme : le mythe de Staline

Tandis que ces grandes bâtisses grisâtres témoignent de la présence matérielle de l’URSS, il est important de se rappeler que la Géorgie a aussi longtemps été considérée comme le lieu qui a vu naître le père des Soviets : Joseph Staline. La Géorgie incarnait, selon Oliver Reisner, professeur spécialisé dans l’histoire de la Russie et du Caucase à l’Université d’État Ilia de Tbilissi, « le succès de la mission civilisatrice soviétique », tout comme aujourd’hui elle est devenue le « bon élève » de l’Europe.

[su_slider source=”media: 1333″ width=”260″ height=”330″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″]

Joseph Staline, leader de son peuple – Musée de l’Occupation Soviétique (Tbilissi)

Parfois surnommé « le Noir » à cause de son origine caucasienne, Staline, une fois arrivé au pouvoir, se présente comme le seul capable de guider les peuples sur le chemin du communisme, du succès industriel et des avancées sociales. Le « grand fils d’une petite nation » devenait alors le « père du peuple » soviétique dans son ensemble. Ce mythe, établi autour d’une personnalité singulière, servait d’outil de légitimation et de stabilisation du pouvoir politique sur un vaste territoire composé de populations diverses et multiples.

Après sa mort, le mythe n’a cependant pas disparu. Bien que les crimes commis sous Staline contre la population géorgienne soient aujourd’hui connus et chiffrés, et bien que tous les édifices lui rendant hommage aient été bannis de l’espace public après 2003, des récents sondages ont montré que presque la moitié des Géorgiens nourrissaient une image positive de l’ancien meurtrier de masse. Ce paradoxe est d’abord le reflet d’une rupture générationnelle évoquée par Oliver Reisner. Mais, il s’agirait aussi, selon le professeur, d’un traumatisme non résolu du peuple géorgien, d’un deuil non terminé. Or « si la Géorgie veut devenir un État démocratique de modèle européen, elle doit d’abord parvenir à vraiment déconstruire le mythe de Staline ».

[su_slider source=”media: 1334″ width=”460″ height=”330″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″]

Le nombre de victimes tuées et déplacées sous l’Occupation soviétique – Musée de l’Occupation Soviétique (Tbilissi)

Des conflits qui (re)font surface

Avec la chute de l’URSS, la Géorgie a certes obtenu son indépendance, mais s’est également retrouvée confrontée à ses propres démons car en 1918 déjà l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, deux régions constituant 20% du territoire géorgien, revendiquaient leur indépendance. En 1991, le slogan « la Géorgie aux Géorgiens », adopté pour se débarrasser de l’influence soviétique, écorche la réalité multiethnique du pays. La guerre qui couvait depuis plusieurs années reprend et en 1992, les deux régions font sécession avec le soutien de la Russie. S’ensuivent des confrontations régulières entre indépendantistes et soldats géorgiens avec en point de rupture la guerre de 2008. « La Géorgie commençait tout juste à se moderniser, elle n’était pas prête à ça », affirme Giorgi Kanashvili.

Ce sont des dossiers brûlants qui freinent les aspirations à rejoindre l’Europe, maintiennent une implication de la Russie sur le territoire et en font un pays instable et divisé. Mais il est surtout douloureux pour les personnes qui ont dû fuir les conflits et en subissent au quotidien les conséquences. « Les impacts sont très négatifs pour la population locale » souligne Ketevan Chumbadze. Bilan : 273 000 déplacés selon le Haut Commissariat pour les Réfugiés, qui s’entassent dans des camps en marge des villes ; la perte de terres et de revenus ; des personnes enlevées, disparues ou torturées ; une communication difficile d’une région à une autre ; des points de frontières de moins en moins nombreux…

L’héritage conflictuel de l’ère d’occupation pose donc bien des défis politiques et sécuritaires pour la Géorgie actuelle.

Un État (post-)soviétique ?

Si la Géorgie a choisi l’Occident, il est bien difficile de couper le cordon avec la Russie qui reste l’un de ses partenaires commerciaux les plus importants et entretient indéfiniment le gel des conflits des régions ossète et abkhaze comme forme de pression. Le président actuel Giorgi Margvelashivili, élu en 2013 a pris ses distances avec la position pro-occidentale de son prédécesseur, qui s’était révélée infructueuse, les démocraties de l’Ouest ne souhaitant pas compromettre leurs relations avec la Russie. Il s’est engagé à initier un dialogue constructif avec Vladimir Poutine. Une approche plus équilibrée qui barre un peu plus la route vers la famille européenne.

En tout cas, le message semble clair : « Tant qu’elle ne se détachera pas du passé, la Géorgie ne pourra pas aller de l’avant », conclut Oliver Reisner.



Citer ce billet
Admin blog (Pascal Bonnard) (2018, 14 juin). La Géorgie : un arrière-goût de soviétisme. AlterEurope. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/az5v