Synthèse des conférences AlterEurope 2022-2023

Par Daria Petliaeva, M2 AlterEurope 2022-2023

Visant à montrer l’appropriation des sujets environnementaux par des chercheurs en science politique, histoire, droit et sociologie, une série de conférences thématiques s’est tenue à l’université Jean-Monnet de Saint-Étienne en novembre et décembre 2022 sur le thème « Enjeux écologiques et politiques environnementales dans les voisinages de l’Union européenne »1. Ce texte a donc pour objectif de proposer une présentation croisée des travaux des cinq chercheurs et chercheuses qui ont été discutés à cette occasion.

À l’heure où la prise de conscience face à l’urgence climatique devient inévitable et où les problèmes environnementaux occupent une place de plus en plus importante dans le débat public, questionner le rapport politique et sociétal à l’environnement parait plus que jamais nécessaire. Il existe de nombreuses façons d’étudier l’environnement, qu’on définira ici comme la combinaison des éléments naturels et socio-économiques constituant le cadre et les conditions de vie d’un individu, d’une population, d’une communauté à différentes échelles spatiales. L’environnement avec lequel l’humain entretient des interactions constantes est en effet un objet de plein droit pour la recherche en sciences sociales. Relevant de différentes filières de sciences sociales, les cinq conférences/présentations présentent une panoplie de manières d’aborder ce phénomène protéiforme qu’est l’environnement. Les sujets traités par les auteurs sont variés, et même si certains semblent plus appartenir au passé qu’à la période contemporaine, tous sont sans doute d’actualité. Les chercheurs traitent différents aspects de la question environnementale, et examinent différentes formes de l’environnement humain, que ce soient des territoires en proie à la pénurie d’eau, des villes du Sud en déclin, des lieux habitables ayant subi les conséquences d’une catastrophe nucléaire, des rivières polluées suite à un déversement de pétrole ou l’écosystème de la planète Terre dans son ensemble. Cette hétérogénéité thématique – des dynamiques territoriales au Maroc à la politique mémorielle au Bélarus liée à la catastrophe de Tchernobyl en passant par le décorticage des outils du droit environnemental au service de la protection de l’environnement – permet de saisir la complexité des problèmes liés à l’environnement, objet de recherche crucial en ce début du XXIe siècle.

* * *

Dans la première conférence, nommée « Faire face à l’anthropocène : les voies du droit », Isabelle Michallet, enseignante à la Faculté de droit de l’Université Jean Moulin Lyon III, et chercheuse au sein du laboratoire Environnement Ville Société (CNRS – UMR 5600), s’interroge sur la façon dont le droit contemporain permet de préserver l’environnement. Elle démontre qu’il n’est pas impossible de créer un droit formant un système de protection effective de la nature, sous réserve d’avoir suffisamment de volonté politique.

Dans l’article « Extraire la ressource, s’extraire du conflit. Réguler la surexploitation des mines et des eaux souterraines au Maroc », coécrit avec Pierre-Louis Mayaux et le chapitre «“Maroc inutile” au Maroc en déclin. La décroissance territoriale et son traitement politique dans un pays du Sud » de l’ouvrage Déclin urbain, la France dans une perspective internationale coécrit avec Tarik Harroud, Max Rousseau montre comment l’étude de l’héritage socio-historique et politique du Maroc éclaire les actuels déséquilibres territoriaux. Il tente d’expliquer les trajectoires des villes du Sud en voie de désindustrialisation.

Les travaux de la doctorante en science politique à l’IEP de Lyon Amal Ennabih – les articles « Running out of water », « Managing Water Scarcity » et la partie de sa thèse intitulée « Consensus international, indécisions nationales et rééquilibrages locaux : L’État face aux effets de son action. Analyse comparative de la politique de réutilisation agricole au Maroc et en Tunisie » – visent à comprendre comment le gouvernement marocain tente de répondre au problème de la rareté de l’eau au travers de sa politique hydroagricole, et dans un contexte où le changement climatique rend plus vulnérables les sources hydrauliques du pays.

Tatiana Kasperski, docteure en science politique de Sciences Po Paris et chercheure associée à l’université Pompeu Fabra de Barcelone, revient, quant à elle, sur l’accident à la centrale nucléaire de Tchernobyl, dont le Bélarus continue à subir des conséquences dramatiques. Dans son ouvrage « Les politiques de la radioactivité : Tchernobyl et la mémoire nationale en Biélorussie contemporaine », la chercheuse tente de comprendre les mécanismes qui affectent le processus de construction ou d’effacement de la mémoire nationale au Bélarus autour de la catastrophe de 1986.

Enfin, Laurent Coumel, maître de conférences en histoire contemporaine au département d’études russes de l’INALCO, a coordonné le dossier intitulé « 2020, une marée rouge en Sibérie », publié sur le site « Politika ». Le dossier étudie le rôle de différents acteurs dans la gestion et la visibilité de la catastrophe industrielle et écologique survenue en Russie en mai 2020, lorsqu’à cause du dysfonctionnement d’un oléoduc endommagé, 21 000 tonnes de diesel se sont répandues dans une rivière près de la ville de Norilsk.

* * *

S’ils sont extrêmement variés dans le traitement de leurs objets de recherche, les travaux s’inscrivent dans la même thématique générale, celle du rapport de l’humain à l’environnement dans lequel il vit, sujet donc intrinsèquement lié à la fabrique des politiques. Tandis que Rousseau, Ennabih, Kasperski et Coumel s’approprient cette thématique à travers l’analyse des politiques nationales de plusieurs pays, le travail de Michallet traite d’un sujet universel qui concerne l’ensemble des pays de la planète, celui du droit environnemental. Afin d’examiner les usages du droit au nom au service de la protection de l’environnement, elle s’appuie sur l’analyse de cas précis, comme, par exemple, le dispositif juridique le plus abouti au monde concernant la protection de l’écosystème Te Awa Tupua en Nouvelle-Zélande, ou la loi française sur la protection des animaux qui ne semble pas pouvoir remplir son objectif.

Les perspectives historique et comparative, présentes dans les autres recherches, permettent d’examiner le rapport à l’environnement sous différents angles historiques et dans des cadres nationaux différents. Ainsi les quatre travaux restants examinent les politiques publiques et les interactions d’acteurs dans deux aires géographiques, ou même géopolitiques, différentes à savoir l’Afrique du Nord présentée notamment par les ouvrages de Max Rousseau et d’Amal Ennabih travaillant sur le Maroc, et l’espace post-soviétique dont traitent Tatiana Kasperski dans son ouvrage sur le Bélarus et Laurent Coumel dans sa recherche sur la Russie. Relevons que les quatre travaux étudient des pays qui ne tombent pas dans la catégorie des démocraties. Dans ce sens, les pratiques non démocratiques dans le rapport du pouvoir officiel à l’environnement dans toute sa multitude, pointées par les chercheurs, rapprochent de manière singulière les quatre travaux.

Portant sur le même pays, les recherches de Rousseau et d’Ennabih ont plusieurs choses en commun. Les deux chercheurs passent au crible les politiques publiques marocaines, la politique territoriale, la politique en matière d’activité minière et d’exploitation des eaux souterraines pour Rousseau et celle de la gestion des eaux pour Ennabih. Néanmoins, tandis que dans son travail de thèse, Ennabih entreprend une démarche comparative en mettant en parallèle la politique de réutilisation agricole au Maroc et en Tunisie, deux États proches en termes de géographie et d’économie mais se différenciant par les antécédents politiques, Rousseau se concentre sur le royaume du Maroc, en comparant le phénomène du déclin urbain dans ce pays avec celui de Shrinking cities dans les pays du Nord.

L’approche de Rousseau est plus axée sur l’histoire. Selon le chercheur, le déclin urbain de certaines villes du pays peut être expliqué par un nombre de facteurs sociopolitiques, et en particulier par l’histoire du Maroc, c’est-à-dire la période de la domination du Protectorat Français au début du XXe siècle. En analysant le déclin urbain, l’auteur développe une distinction analytique entre une conflictualité extractive, liée à l’activité minière et à l’exploitation des eaux souterraines, et une conflictualité anti-extractive. D’après le chercheur, ce conflit central est le fruit d’un héritage politique, économique et social à part, notamment la dualité territoriale mise en œuvre par le Protectorat Français. Il s’agit de l’existence et de l’exploitation de deux Maroc, le « Maroc utile », caractérisé par les espaces agricoles les plus fertiles et les territoires de la côte littorale et mis en avant par le Protectorat Français, et le « Maroc inutile », représenté par des espaces montagnards et d’autres régions difficilement exploitables. L’auteur s’appuie donc largement sur l’approche historique, en examinant l’héritage du colonialisme du Maroc. À son tour, Amal Ennabih se focalise surtout sur la période contemporaine et sur les politiques hydro-agricoles actuelles, en démontrant en quoi les mesures entreprises par le gouvernement marocain sont néfastes pour la société du pays.

L’approche historique est également présente dans les travaux de Kasperski et de Coumel. Ainsi Tatiana Kasperski se fixe comme objectif de retracer l’histoire de la construction de deux récits de la tragédie de Tchernobyl, celui imposé par le pouvoir officiel présentant l’accident comme un ennemi que la société bélarusse doit vaincre, et celui de l’opposition qui accuse les autorités politiques d’être la cause du drame et d’avoir mal géré ses conséquences. L’analyse historique des premières cérémonies commémoratives qui ont vu le jour trois ans après la catastrophe nucléaire dans la République socialiste soviétique de Bélarus, ainsi que celles organisées après l’arrivée au pouvoir d’Alexandre Loukachenko dans un Bélarus indépendant en 1994, occupe donc une place importante dans sa recherche. Bien que survenu en 2020, l’accident de Norilsk, étudié dans le dossier coordonné par Laurent Coumel, l’est également sous un angle historique. L’article de Katja Doose, intitulé « Le débat climatique en Russie et l’accident de Norilsk : quels héritages ? », qui fait partie du dossier vise à retracer le débat climatique en Russie – pays dont la population reste toujours assez sceptique quant au réchauffement climatique. Qui plus est, dans le cadre du dossier, Coumel a réalisé un entretien sur l’histoire soviétique de l’Arctique russe avec Alexander Ananyev, chercheur indépendant et spécialiste d’histoire environnementale. L’un des enjeux du travail est de mettre en perspective la réaction des autorités, du milieu académique et de la société face à la catastrophe de Norilsk de mai 2020 avec celle à l’égard d’une catastrophe similaire, survenue à Oussinsk en août 1994, à l’époque où la plupart de la population russe n’avait pas les moyens de communication utilisés pour relayer l’information concernant la catastrophe en 2020. Les travaux de Coumel et de Kasperski mettent ainsi tous les deux en exergue le rôle particulier de l’héritage soviétique dans les rapports à l’environnement que différents acteurs étatiques et sociétaux au Bélarus et en Russie entretiennent encore aujourd’hui.

Hormis cela, ces deux travaux se démarquent cependant des autres par le point de départ de la recherche. Le livre de Kasperski et le dossier de Coumel partent tous les deux d’un événement dramatique particulier, la catastrophe de Tchernobyl de 1986 pour l’une et l’accident de Norilsk de 2020 pour l’autre. Là où Rousseau et Ennabih partent d’un problème général, d’un constat qui n’est pas forcément lié à un événement en particulier, la dépopularisation des villes du Sud pour Rousseau et la rareté de l’eau pour Ennabih, Kasperski et Coumel se servent de deux catastrophes anthropiques comme de points d’ancrage pour une analyse multi-facettes plus large des interactions entre différentes parties prenantes dans les pays étudiés.

Bien que l’entreprise Nornickel à laquelle appartient l’oléoduc endommagé causant le déversement du pétrole près de Norilsk pointe du doigt le rôle du réchauffement climatique dans la catastrophe, il est clair que le drame est lié à l’activité extractive humaine. Comme celle-ci constitue le fondement de l’économie russe, ses effets néfastes sur l’environnement ont tendance à être occultés dans le discours officiel du pouvoir, examiné par Laurent Coumel. Ce rapport conflictuel entre l’urgence climatique et l’activité extractive soutenue par les politiques officielles est également examiné dans les travaux de Max Rousseau. Dans son travail, le chercheur analyse les différences de conflits d’extraction entre le secteur de l’activité minière et celui de l’exploitation des eaux souterraines. En analysant la politique des pouvoirs publics marocains, il constate également qu’au lieu d’offrir des alternatives à l’extractivisme, les pouvoirs publics soutiennent ces pratiques et préfèrent fermer les yeux sur les séquelles de tels choix en politiques publiques.

* * *

Les recherches présentées dans le cadre de ce cycle livrent toutes des enseignements originaux et ont une importante valeur explicative. Ainsi, au cours de son analyse du déclin urbain au Maroc, constaté et expliqué par Max Rousseau, l’auteur arrive à la conclusion que le phénomène des villes du Sud se rapproche de celui observé dans les villes du Nord. D’après lui, les trois raisons explicatives du déclin urbain des villes du Nord sont également présentes dans le cas des villes du Sud, à savoir la transition démographique, l’étalement urbain et la désindustrialisation. Le chercheur lie les villes marocaines en déclin au concept de Shrinking cities, et afin de mieux expliciter les particularités du processus, conçoit une typologie des territoires en déclin en sept catégories : les territoires punis, les territoires frontaliers, les territoires miniers, les territoires oasiens, les territoires montagnards, les anciennes médinas, les territoires agricoles productifs.

Le dossier dirigé par Coumel explique la manière dont la catastrophe de Norilsk et la question du réchauffement climatique sont relayées par les différents acteurs participant à la couverture de la question : le gouvernement russe et notamment le président Vladimir Poutine, les « experts » climatiques ou chercheurs en la matière, les acteurs économiques directement liés au drame telle que la multinationale Nornickel, la population russe dans son ensemble et enfin les acteurs non étatiques tels que les ONG et associations. Il explique la « tendance climato-sceptique » propre à la Russie contemporaine, entre autres, par les relations qui ont été construites entre la science et le pouvoir politique russe, ainsi que par la dépendance du pays aux hydrocarbures, ce qui serait susceptible de rendre la population moins sensible aux effets anthropiques sur l’environnement.

À travers d’une analyse fouillée, Kasperski décortique la place qu’occupe l’incident de Tchernobyl dans la sphère publique bélarusse et fait état de la domination dans l’espace public du schisme mémoriel des mythes glorieux officiels et de l’instrumentalisation de la mémoire autour de la catastrophe par le pouvoir officiel. Elle distingue trois mécanismes qui aident à produire ce schisme de la mémoire. Il s’agit, en premier lieu, du fonctionnement du régime politique bélarusse autoritaire, caractérisé par l’absence de pluralisme, couplé avec le fait que les victimes de la tragédie ne peuvent pas s’exprimer sur leur vécu. En plus, la nationalisation de l’accident (l’inscription du passé de Tchernobyl dans les récits nationaux officiels) a débouché sur la réduction des disparités régionales et, en conséquence, sur la minimisation des problèmes spécifiques auxquels ont dû faire face les populations les plus exposées aux retombées radioactives. Enfin, selon l’auteure, c’est la manière dont ont été mises en œuvre les politiques traitant de la contamination des sols qui explique ce schisme mémoriel.

Outre leur caractère explicatif, les études de Michallet et d’Ennabih proposent également des solutions possibles aux problèmes environnementaux étudiés. C’est surtout le cas des travaux d’Isabelle Michallet qui, en clarifiant le rôle du droit environnemental, propose des pistes juridiques pour faire face aux défis liés à la protection des écosystèmes. Afin que le potentiel du droit environnemental soit véritablement déployé dans ce but, elle se prononce pour la reconnaissance du crime d’écocide et la création de délit d’atteinte à l’environnement. Consciente des difficultés soulevées par l’élaboration et la mise en œuvre d’une telle stratégie pénale à l’échelle internationale, elle invite les lecteurs – ou plutôt les spectateurs – à réfléchir à la nécessité de changer de paradigme dans nos rapports à l’environnement. Dans son travail, Amal Ennabih réalise elle aussi ce double exercice : après avoir explicité les particularités des politiques d’irrigation du Maroc, elle avance des propositions pour une nouvelle politique publique de rééquilibrage de l’accès à l’eau, à même de prendre en compte l’urgence climatique et d’atténuer les inégalités sociales.

Compte tenu de la complexité des problématiques étudiées, les travaux rassemblés pour ces conférences sont marqués par une interdisciplinarité des approches des sciences sociales. À la croisée de plusieurs approches, la recherche de Max Rousseau s’inscrit dans le champ de la science politique, l’histoire, la géographie et la sociologie des mobilisations. Politiste de formation, Amal Ennabih mobilise surtout l’approche socio-politique, mais sa recherche est également marquée par des aspects économiques et juridiques. L’étude de Tatiana Kasperski, elle aussi, se place au confluent de plusieurs disciplines des sciences sociales, telles que la science politique, l’histoire, la sociologie, l’anthropologie et la démographie. Le dossier de Laurent Coumel relève de la science politique et de l’histoire, avec des références à la sociologie. Dans ce sens, le travail de Michallet s’inscrivant pleinement dans la discipline juridique des sciences sociales, est moins caractérisé par l’interdisciplinarité.

Enfin, les ouvrages faisant partie du dossier sont particulièrement bien sourcés. Ils s’appuient sur un large ensemble de sources, des données démographiques, écologiques et sociales, des textes juridiques ainsi que sur des matériaux d’archives pour la plupart des chercheurs. Tatiana Kasperski mobilise un ensemble de matériaux composés d’entretiens semi-directifs avec les témoins de la catastrophe. La recherche de Max Rousseau est également largement basée sur l’analyse des entretiens semi et directifs conduits dans le cadre de différents projets portant sur son sujet de recherche. Pour son étude, Amal Ennabih a elle-même conduit des entretiens avec des spécialistes de la question étudiée, notamment avec l’actuel ministre marocain de l’Equipement et des Eaux, Nizar Baraka, et les agents des ministères de l’agriculture et des départements du Maroc et de la Tunisie, pour mettre en perspective les politiques publiques des deux pays. Un entretien avec le spécialiste d’histoire environnementale russe Alexander Ananyev a été spécialement réalisé par Laurent Coumel dans le cadre de sa recherche.

1 Cf. le programme sous : https://altereurope.hypotheses.org/2432.



Citer ce billet
Admin blog (Pascal Bonnard) (2023, 21 février). Synthèse des conférences AlterEurope 2022-2023. AlterEurope. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/az8i