Réflexions sur les espaces abandonnés de Chișinău

par Carolina Nascimento et Sabine Cardona, M1 AlterEurope 2015-2016

Au cœur d’une Europe oubliée à l’Est, Chișinău est une ville particulière. Le paysage de la capitale moldave offre un mélange du passé soviétique (pas si lointain) et des symptômes d’une économie qui a vécu une transition drastique : d’une économie planifiée à une économie de marché. Les bâtiments, eux-aussi, transmettent ce sentiment de transition : en marchant en ville, il est possible voir des constructions inachevées, de grandes maisons abandonnées, d’anciens lieux de spectacle et de culture aujourd’hui vides. Cette image de ville abandonnée fait naître en nous quelques questions majeures : quelles sont les initiatives et les acteurs qui visent à changer ce scénario ? Sont-ils aussi liés à des manifestations artistiques ? Enfin, ces activités ont-elles un rapport avec une contestation politique en Moldavie ?

[su_slider source=”media: 987″ width=”580″ height=”140″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″][su_slider source=”media: 391,390,389″ title=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”100″]AlterEurope M1 27 janvier 2015[/su_slider]

Source photos : Carolina Nascimento 2016


Le patrimoine moldave, une lutte de quelques combattants

Face à l’indifférence du pouvoir central et local, la volonté d’agir en faveur de la protection du patrimoine matériel moldave émerge d’une petite partie de la société civile1. En 2006, a été créée l’Agence moldave d’Inspection et de Restauration des Monuments. Sous la direction de Ion Stefanitsa, l’Agence essaie de faire comprendre l’importance de la protection du patrimoine aux autorités et à la société.

[su_slider source=”media: 986″ width=”500″ height=”320″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″][su_slider source=”media: 391,390,389″ title=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”100″]AlterEurope M1 27 janvier 2015[/su_slider]

Source photo : Carolina Nascimento 2016

Les ONG qui se battent dans ce domaine n’étant pas nombreuses en Moldavie, l’Agence travaille sur plusieurs volets : du recueil de données sur les monuments à la mobilisation médiatique pour sensibiliser le public à leur cause. Selon l’Agence, la question de la protection du patrimoine est strictement liée au développement de la ville. M. Stefanitsa insiste sur la nécessité d’un changement de mentalité dans la société moldave, ainsi que sur un « réveil » des architectes moldaves, en faveur d’un urbanisme durable. Pour cela, l’agence mène des projets en partenariat avec des acteurs internationaux, comme les Ambassades de France et d’Italie, la Banque Mondiale et l’Union européenne. Comme exemple de projet fructueux, notons l’initiative Saving past testimonies for building a future in Moldova, un projet d’éducation dont l’objectif est d’apprendre aux générations futures l’importance de l’héritage historico-culturel national. En 2015, ce projet a par ailleurs reçu le prix Europa Nostra.

[su_slider source=”media: 988″ width=”340″ height=”500″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″][su_slider source=”media: 391,390,389″ title=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”100″]AlterEurope M1 27 janvier 2015[/su_slider]

Source photos : Carolina Nascimento 2016

Néanmoins, selon l’Agence, le patrimoine, ce n’est pas seulement une question d’histoire et de culture : c’est aussi une question d’économie. C’est pourquoi ses membres croient à la nécessité d’un partenariat public-privé dans la restauration des bâtiments, afin de trouver un équilibre entre la protection du patrimoine et le développement économique. Mais ils rencontrent comme obstacle la forte présence d’une structure de corruption dans le secteur public, qui a notamment permis à des agents immobiliers de mener des constructions inégales. On peut trouver ce volet économique aussi dans les activités promues par EU-Eastern Partnership Culture and Creativity Programme en Moldavie. La culture et les initiatives du secteur de la création son vus par ce programme comme un soutien au développement moldave et comme une opportunité de coopération internationale pour le pays.

À la recherche de la scène artistique de Chișinău

Les acteurs animés par une démarche artistique sont plutôt à chercher du côté des organisations non-gouvernementales ainsi que dans un cercle universitaire initié. L’occupation de l’ancien musée ethnographique de la ville par le collectif Art Labyrinth est un premier exemple d’initiative culturelle.

[su_slider source=”media: 989″ width=”500″ height=”280″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″][su_slider source=”media: 391,390,389″ title=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”100″]AlterEurope M1 27 janvier 2015[/su_slider]

Source photo : Carolina Nascimento 2016

Cet organisme s’occupe de l’entretien du bâtiment et accueille d’autres structures qui proposent des activités aussi variées que des concerts, des expositions ou des cours de yoga. La décoration des murs est temporaire, chacun est libre d’y apporter sa touche personnelle. L’une des associations hébergées dans cet ancien musée est Oberliht, cette ONG conduit principalement une réflexion sur l’espace et son occupation. En 2014 fut par exemple organisé un cycle de conférences sur l’appropriation de l’espace public par l’art en coopération avec l’institut culturel KSA:K, autre acteur majeur de la scène artistique de la ville.

[su_slider source=”media: 990″ width=”360″ height=”460″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″][su_slider source=”media: 391,390,389″ title=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”100″]AlterEurope M1 27 janvier 2015[/su_slider]

Source photos : Carolina Nascimento 2016

La question d’un lien entre art et contestation politique reste cependant ambiguë ; Lilia Dragnev, directrice du KSA:K, refuse l’utilisation du mot alternatif pour qualifier la signification de son action. La volonté de publicité voire de pédagogie est évidente dans les événements organisés pour des publics scolaires et universitaires – qui n’ont pas tout le temps le succès escompté – mais elle ne s’associe pas selon Mme Dragnev à une proposition d’une remise en cause des structures établies. L’attitude d’Oberliht est quelque peu différente, certaines actions de l’ONG sont plus politisées. Cesar Perales, volontaire d’origine espagnole dans cette organisation, raconte par exemple l’activisme dont a fait preuve Oberliht lors du blocage d’une route qui traverse un parc de Chișinău au moyen d’une sculpture installée au milieu de la voie.

Les intérêts parfois divergents de ces organismes peuvent compliquer leur collaboration, pour l’instant réduite à des projets ponctuels. Il n’y a donc pas de structuration du paysage artistique de la ville, par exemple afin de contribuer à l’élaboration d’une politique culturelle. Pour autant, cette situation n’empêche pas la réalisation de projets multiples qui proposent une conception différente de l’espace. Le désir de créer du lien social, contre la tentation d’un entre-soi intellectuel, est bien présent et la gratuité qui caractérise les événements contraste avec le discours ambiant de promotion d’un individualisme et d’un capitalisme poussés à l’extrême.

[su_slider source=”media: 991″ width=”580″ height=”140″ responsive=”no” title=”no” arrows=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”0″][su_slider source=”media: 391,390,389″ title=”no” pages=”no” mousewheel=”no” autoplay=”100″]AlterEurope M1 27 janvier 2015[/su_slider]

Source photos : Carolina Nascimento 2016

Ainsi le rapport à l’espace dans Chișinău soulève de nombreuses questions, liées entre elles mais relevant de domaines différents. Le rapport au passé est tout d’abord au cœur de la conservation et de la valorisation du patrimoine. Celui-ci implique directement le projet que la société souhaite pour son futur. Ainsi est posée la question des relations aux structures présentes qui organisent l’espace public. Que la réponse pour l’occupation de l’espace se trouve du côté artistique ou économique, il est à observer une certaine défiance des sphères officielles et une certaine autonomie dans l’action. Le relatif désintérêt des autorités publiques pour les initiatives culturelles visant la revalorisation des bâtiments abandonnés de Chișinău conforte les acteurs culturels dans leur attitude. Il apparaît également que ces initiatives peinent à trouver une véritable résonance dans la société. Dans un pays marqué par une situation de transition, les acteurs culturels doivent encore trouver leur public.

1 Sur les enjeux de l’urbanisme à Chisinau, lire l’article « Chisinau, une capitale face au défi de la gouvernance urbaine ».


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Admin blog (Pascal Bonnard) (3 juin 2016). Réflexions sur les espaces abandonnés de Chișinău. AlterEurope. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/az4u